top of page

La piscine de Saint-Symphorien-d'Ozon en eaux troubles

Nous souhaitons revenir sur l’interview, de monsieur le Maire à propos de la réflexion en cours sur la fermeture définitive de la piscine municipale de Saint-Symphorien-d’Ozon.

Les motifs invoqués sont :

  • Le coût de remise en état après deux années sans mise en service : 100 000 euros ;

  • Les coûts de fonctionnement de 150 000 euros annuels ;

  • Le projet d’un centre nautique communautaire.


Tout d’abord nous souhaitons affirmer le rôle social essentiel de la piscine municipale.

C’est un lieu de rencontre de convivialité pour les familles dont bon nombre ne peuvent pas partir en vacances durant l’été et notamment en cette période de sortie de crise sanitaire ;

C’est un lieu de détente pour chacun alors que les températures grimpent déjà fortement ;

C’est un lieu de divertissement pour nos jeunes dont les possibilités d’activité sont réduites ;

C’est un lieu d’activité pour les centres de jeunesse de la commune et de celles avoisinantes ;

C’est un lieu proposant des jobs d’été à nos jeunes ;

C’est un lieu d’entrainement pour les pompiers ;

C’est un lieu d’entrainement pour le CSO natation. Le sport participe au lien social, les acteurs du sport sont un maillon d’une continuité éducative ;

C’est un lieu d’apprentissage pour nos enfants dans le cadre scolaire, associatif ou familial, nous rappelons que apprendre à nager à tous les élèves est une priorité nationale, inscrite dans le socle commun de connaissances et de compétences ;


La piscine municipale est bien un équipement d’intérêt général utilisé potentiellement par chacun.

Une ouverture même limitée et en phase avec les dispositions liées à la crise sanitaire est indéniablement un service qu’une municipalité se doit de proposer. Force est de constater que de nombreuses communes se sont organisées même dans cette période incertaine pour offrir cet espace de loisir.


Nous reconnaissons la nécessité d’une approche budgétaire rigoureuse. La fermeture de la piscine occasionne une économie de 300 000 €. Un investissement de 100 000 € est tout à fait supportable pour la commune.

Il est à rapprocher des dépenses prévues en 2021 que nous avons déjà rapportées (200 000 € pour la cour d’honneur de la mairie) ou encore de dépenses récentes telles que la muséographie de la maison du patrimoine : 100 000 euros également. Ces choix sont éclairant des priorités de la municipalité.

Nous sommes prêts à participer aux nécessaires arbitrages budgétaires en portant la voie des Symphorinois et de l’intérêt général.


Parlons prospective et du centre nautique intercommunal. Si des études sont bien en cours, aucune décision n’est évidemment prise. Elle relève d’une décision majeure et d’une orientation politique nouvelle qui nécessite un accord unanime dans un contexte économique qui n’est pas favorable.

La CCPO n’a à ce jour pas la possibilité de financer un investissement de 10 millions d’euros. Il ne pourra se faire qu’au prix d’un arbitrage budgétaire.

La CCPO ne possède pas de terrain. Aucune commune n’a de zone définie pour un tel équipement. Une modification de PLU, dont la durée est de l’ordre de un à deux ans est indispensable.

L’avis du préfet sera déterminant. Rappelons qu’il vient de s’opposer à la zone industrielle des Trénassets au regard de la consommation des terres agricoles. Sera-t-il sensible à la transformation de terres agricoles pour un centre nautique ?

Reste à prévoir les coûts de fonctionnement que la CCPO ne pourra pas assumer seule. Un partenariat public – privé est à élaborer.

Les plus optimistes estiment que lorsque la décision sera prise (et c’est loin d’être gagné du fait du caractère multifactoriel de cette décision), le projet nécessitera 5 ans et plus vraisemblablement 10.


Suspendre la décision des travaux de la piscine municipale à la construction d’un nouvel établissement s’apparente à de la naïveté ou de de la désinformation.


À titre d’exemple, le projet construction du supermarché en centre bourg a débuté en 2016 pour une ouverture début 2022 alors que la municipalité possédait le terrain situé en zone constructible. Les travaux de restauration des bâtiments du domaine Dupoizat ont débuté en mai 2019 et s’achèvent en juin 2021…


La piscine de SSO vivra encore 5 à 10 ans… si elle est remise en état !


Finissons avec la méthode…

Elle nous rappelle celle qui a abouti à la fin des intervenants sport et musique dans les écoles puis la fermeture du relai des assistantes maternelles. C’est à chaque fois un évènement extérieur qui entraine une fin « provisoire » le temps d’étudier une solution de remplacement qui n’arrive pas… le temps faisant son office, la disparition est entérinée.


C’est aussi une décision unilatérale. La démocratie, c’est un débat, le dialogue, la confortation d’idées.

L’ouverture en 2021 de la piscine et son devenir sont pour vous et pour nous un sujet d’importance, vous vous êtes par ailleurs mobilisés au travers d’une pétition portées par le CSO Natation qui compte à ce jour 711 soutiens. Ce sujet mérite un débat lors d’un Conseil Municipal et nous avons demandé qu’il soit inscrit à l’ordre du jour de celui du mardi 22 juin 2021.


Nous vous invitons à maintenir la mobilisation. Nous sommes avec vous, parmi vous. Défendons ensemble un service public de qualité.

127 vues

Comments


bottom of page